Rôle du périnée dans l’épanouissement de la sexualité

Dans le cadre de mes consultations, je me suis rendue compte que les femmes, de manière générale, savaient très peu de choses au sujet de leur périnée. 

Elles en entendent souvent parler au moment de la grossesse, quand on leur évoque la rééducation périnéale après l’accouchement. Or les liens entre périnée et sexualité sont fondamentaux, et la plupart des gens l’ignorent !

Nous allons donc voir ici qu’un périnée en bonne santé est le garant d’une sexualité épanouie.

Qu’est ce que le périnée ?

Le périnée est « un ensemble de muscles et de ligaments formant une sorte de hamac qui soutient les organes du petit bassin (vessie, utérus, rectum) » (Petit Larousse de la sexualité, Sylvain Mimoun). Il se situe du pubis jusqu’à la base de la colonne vertébrale, et régule l’ouverture et la fermeture des 3 orifices : méat urinaire, vagin et anus. 

Notre périnée a de multiples fonctions dans l’organisme : défécation, miction, continence (des selles, de l’urine), fonctions sexuelles et reproductives. Tous les êtres humains en ont un ; mais comme à l’accoutumée, je m’intéresserai à celui des femmes. 

Comme je le disais plus haut, les femmes ont peu conscience de leur périnée, hormis au moment de la grossesse, ou encore un plus plus loin dans l’âge, en cas d’incontinence ou de prolapsus, lorsqu’on leur parle de rééducation. C’est donc un ensemble de muscles qui ne fait parler de lui que lorsqu’il est trop relâché et/ou pose des problèmes, et c’est surtout comme si dans les autres situations, le périnée n’existait pas ! Il ne fait donc pas vraiment partie du schéma corporel de la majorité des femmes. 

Or, on le sollicite dans de nombreux contextes : Il joue un rôle majeur dans le maintien des organes du petit bassin, dans le soutien des viscères, dans la posture, lors de la grossesse, de l’accouchement, dans le sport, dans la sexualité, ainsi que dans la respiration (il se soulève et s’abaisse au rythme du diaphragme, on l’appelle d’ailleurs également diaphragme pelvien). 

On s’en sert donc absolument tout le temps, sans même le savoir ! Ces sollicitations permanentes (et pas toujours adaptées) expliquent d’ailleurs pourquoi il est souvent abîmé… 

Donc, plus vous prendrez conscience de votre périnée, plus il s’inscrira dans votre image du corps, et donc plus vous serez à même de le détendre, de le tonifier, de l’entretenir, ce qui aura des conséquences non négligeables sur la continence bien sûr, sur votre posture, mais également, et c’est cela qui nous intéresse ici, votre sexualité.

périné sexualité

Périnée et sexualité

Il a été scientifiquement prouvé que le périnée était impliqué dans le plaisir et dans la survenue de l’orgasme. 

En effet, un périnée tonique est plus musclé et plus vascularisé. Or, plus une zone est vascularisée, plus elle est sensible ; et plus elle est sensible, plus elle est excitable. 

Un périnée en bonne santé permet donc d’augmenter les sensations au niveau vaginal (plus de vascularisation, de terminaisons nerveuses, de conscience, de sensibilité, etc.), donc avoir davantage de sensations, de plaisir.

Périnée et orgasme par pénétration

Le périnée est également impliqué dans la survenue de l’orgasme dit du point G.

Ce point est plus une zone qu’on devrait appeler « unité clito-urétro-vaginale » (Elisa Brune, « La révolution du plaisir féminin »).

C’est l’ensemble formé par 3 éléments : le plafond du vagin antérieur (contre le pubis et près de l’entrée), le clitoris (qui se prolonge dans le vagin en 2 branches d’une dizaine de centimètres), et l’éponge para-urétrale (tissu érectile autour de l’urètre).

Le mécanisme de l’orgasme par pénétration est le suivant : lors de l’excitation puis de la pénétration, le clitoris excité augmente de volume, ce qui le rapproche du plafond vaginal, contre lequel se trouve l’éponge para-urétrale.  Ses 2 branches internes viennent ensuite chevaucher le vagin à l’endroit du point G. Il y a donc contact entre le plafond du vagin, le clitoris, et l’éponge para-urétrale, et c’est cela qui provoque un orgasme, lorsque la stimulation est adéquate. 

Or, et c’est là que le périnée intervient, ce phénomène ne peut survenir que si le périnée est suffisamment mobile, parce que c’est cette mobilité qui va faire que le clitoris va pouvoir se poser sur le plafond vaginal. D’où l’utilité d’un périnée tonique, musclé, aisément mobilisable. 

On comprend donc qu’un périnée trop mou (ou hypotonique) ne permettra pas au clitoris de s’abaisser vers le vagin (cela peut également expliquer en partie un manque de sensations chez le couple lors des rapports).

A l’inverse, un périnée hypertonique (donc dur, très contracté par endroit, etc.) peut contribuer à des douleurs lors des rapports, la pénétration devenant de facto plus difficile. 

Enfin, n’oublions pas que le périnée peut être à la fois hypotonique à certains endroits, et hypertonique à d’autres, ce qui a également des conséquences sur la sexualité. 

Comment travailler son périnée ?

Il est  important de trouver un équilibre entre souplesse et tonicité, et de développer sa conscience corporelle. 

Il existe des moyens simples pour prendre conscience de son périnée, pour développer sa sensibilité, pour évaluer sa santé, sa tonicité ou son relâchement, et de mettre en place par la suite des exercices adaptés, pour soit le renforcer, soit le détendre. 

Certains kinésithérapeutes et ostéopathes sont spécialisés dans les différentes rééducations périnéales (pas forcément uniquement celle qu’on propose après l’accouchement!) ; il peut être intéressant d’en consulter un afin de faire un bilan de l’état de votre périnée, surtout si vous avez des douleurs à la pénétration (superficielles ou profondes), ou au contraire un manque de sensations. L’accompagnement permet donc de (re)trouver une tonicité périnéale normale, et de développer sa conscience corporelle. 

On peut également le travailler en sexothérapie, à l’aide d’exercices adaptés effectués à la maison et debriefés en séance.

Conclusion

Le périnée est bien plus important que ce qu’on pense et mériterait qu’on en parle bien davantage ! Il est nécessaire de ne pas attendre une grossesse ou un prolapsus pour en prendre soin ; ce tissu musculaire est fondamental pour notre santé sexuelle et notre santé de manière générale !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *